Navigation
Attention : votre navigateur n'est pas entièrement compatible avec les fonctionnalités de ce site, nous vous recommandons de passer à une version plus récente...

Ce parc d'une superficie de 28 hectares pourra accueillir 13 entreprises sur des parcelles viabilisées de 1,8 à 3,0 hectares.

Le principe est d'équiper une structure de production classique d'un réseau dit basse température faisant circuler l'eau chaude provenant de la cogénération dans un circuit de chauffage indépendant du réseau haute température classique. Le réseau basse température est amorti en 1,5 à 2 ans compte tenu des économies de combustibles qu'il permet (de 65% à 85% selon les pratiques culturales). Le potentiel thermique disponible permet d'envisager la création de 15 hectares de serres sans problèmes techniques majeurs.

Une parcelle de 3,0 hectares est prévue pour la création d'une pisciculture produisant 200 tonnes de poissons par année et capable de travailler avec des espèces dites d'eau tiède (doré jaune, perchaude ou esturgeon) compte tenu du potentiel thermique disponible. Cette approche permet d'envisager raisonnablement une réduction des coûts de production de 15 % à 35 % selon l'espèce.

Par ailleurs, la disponibilité énergétique très bon marché permet d’envisager sous un jour nouveau des procédés de transformation agro-industriels jusqu’ici jugés irréalistes avec les sources d’énergie classiques. Ces nouvelles opportunités concernent, entre autres, le séchage du foin, du lin, du chanvre, de la tourbe, des petits fruits, des légumes ainsi que des procédés de valorisation des déchets verts (compostage accéléré en cellules chauffées).